La maison des contes et légendes de Cornouaille dispose d'une exposition consacrée aux principaux protagonistes légendaires. Pour vous donner une idée précise, voici quelques photos:

 

Voici Ahès la plus célèbre enchanteresse de Cornouaille. Sa spécialité était de construire des forteresses ou des routes en une nuit.

Désirant l'immortalité, elle parvient à piéger l'Ankou qui, dans un premier temps, refuse de la faire immortelle. Bon joueur et souhaitant quand même retrouver sa liberté, il lui propose de ne venir la chercher que lorsqu'elle l'appellera. Ahès accepte.

La tradition veut qu'elle ne l'ait toujours pas appelé. Elle apparait parfois comme une Mary-Morgan vers la presqu'île de Crozon ou sur les chemins de sa ville Ker-Ahes (maison d'Ahès) devenue Carhaix.


Vers le Menez-Hom errait il y a longtemps un curieux monarque aux oreilles et à la crinière de cheval. 

Marc'h était son nom (prononcez Marrr).

Cousin du roi Arthur et oncle du célèbre chevalier Tristan qui perdit la vie pour l'amour d'Iseult.

Sa tombe est toujours visible au lieu-dit Bern-Mein sur le versant nord-est du Menez-Hom



Il y a bien sûr le morceau de roi, la pièce maîtresse du folklore de Cornouaille, j'ai nommé: Ys, la ville engloutie.

Sa princesse Dahut, fille du roi Gradlon, avait voulu sa construction près de l'océan qu'elle aimait tant. Elle va aller jusqu'à lui demander mille dragons, un par foyer, afin que chacun de ses sujets ait la possibilité de faire couler les navires passant près de la ville et récupérer leurs cargaisons. En échange, elle livrera aux flots mille victimes sacrificielles: ses amants d'une nuit qu'elle fait tuer au matin et précipiter au bout de la Cornouaille, à l'endroit appelé depuis la "baie des trépassés".

Dieu ne pouvait tolérer cela aussi envoya-t-il son châtiment sous la forme d'un beau seigneur (le diable en fait) qui va séduire Dahut et va lui demander les clés des digues protégeant la ville comme preuve d'amour. Dès que le démon les aura en sa possession, il ouvrira les digues et la ville disparaitra sous les flots, emportant avec elle sa princesse que son père le roi Gradlon n'a pas pu (pas voulu ?) garder sur la croupe de son cheval alors qu'il s'enfuyait.

La tradition veut qu'elle se soit transformée en sirène et ait eu le temps de figer tous les habitants de la ville avant qu'ils ne meurent noyés. Ils sont donc condamnés à répéter ce qu'ils faisaient avant d'être engloutis jusqu'au jugement dernier.

Méfiance car lorsqu'Ys renaîtra, Paris sera engloutie à son tour.

Il y a également quelques créatures fort sympathiques mais je ne vais pas tout vous dire, le but étant quand même de vous donner l'envie de venir découvrir nos légendes sur place. 

Alors A wech all ! (à bientôt!)